21e Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d’Arras

Rendez-vous Grand’Place d’Arras le 1er mai ! Cette année, le salon du livre d’expression populaire et de critique sociale revient en présentiel sur les places arrageoises., Grand Place et place d’Ipswich.
Pour cette nouvelle édition du Salon du livre, nous questionnerons Le Vide, et ce n’est pas rien. À travers le vide nous nous interrogeons autant sur l’absence que ce qui vient l’assouvir.
Qu’il soit constaté, subi, recherché, rempli, produit, le vide apparait dans de nombreux aspects de notre quotidien.
Nous l’aborderons à travers des questions sociétales, territoriales, culturelles, juridiques, philosophiques, psychologiques, économiques…
Parmi les multiples sujets au programme de ce 1er mai 2022: la question des zones blanches, celle du travail précaire, de la place des femmes dans l’Histoire, de la justice, des bidonvilles, de la perte, de la maladie, des réseaux sociaux, des zombies…
Au programme de 10h à 19h
Des débats, des rencontres, des lectures, mais aussi une scène punk avec le Son du Porte Voix
Plus d’infos sur la programmation à venir ici-même et sur nos réseaux sociaux.
 

En attendant la 21e édition du salon du livre d’expression populaire et de critique sociale…

… nous vous proposons de découvrir ou de redécouvrir les éditions numériques du Salon du livre. 

Le monde d’après, c’était la version 2020, vous vous souvenez ? Le premier confinement, la découverte des attestations, des couvre-feux… et dans tout ce bazar, des artistes qui contribuent pour deux jours de direct sans interruption les 1er et 2 mai. 

C’est ici, pour embarquer dans Le Monde d’Après.

En en 2021, confinement partiel, les 2km de sortie autorisée autour de chez soi… et dans les rues du Pas-de-Calais, des brigades artistiques, des comédien-ne-s qui lisent sur les marchés, des acrobates zoomorphes à la sortie des messes. Et toujours un site, des dizaines d’heures de direct, des propositions textuelles, sonores… 

C’est ici pour embarquer dans Nos Mondes Sauvages.

L’édito du Salon 2022, par Stéphane Servant

Nous venons au monde dans un cri.
Une affirmation première et primitive de notre existence : ici et maintenant, je suis !
Et c’est du bout de la langue, par les mots, que nous saisissons peu à peu les contours de ce monde dans son altérité.
Les mots sont une seconde peau. Une surface sensible où s’imprime le visible et l’invisible, l’autre, et où nous nous racontons à lui.
Parce que nous sommes des êtres d’histoires, des mammifères du récit.
Nos batailles, nos rêves, nos défaites comme nos victoires, nos colères comme nos amours, toutes vont sur douze pieds, en prose, en rimes, du bout des lèvres, au fil des « il était une fois » cent fois recommencés, dans un murmure, dans un chant, entre deux couvertures de papier, de l’écorce des arbres confidents à l’éclair de peinture qui réveille les murs des villes endormies, de la berceuse à l’épitaphe, nous ne sommes qu’histoires patiemment tressées.
Sans histoires, nous voilà ligotés à l’obscurité, à la solitude, à la servitude, à l’impuissance et à l’oubli.
Les petits maîtres qui se rêvent empereurs l’ont bien compris.
Amputer la langue, la cadenasser, la faire marcher au pas cadencé de la vertu ou de l’argent, la couturer en 280 signes, en slogans, en formulaires, en injonctions martiales télévisées, c’est nous priver de la possibilité de nommer et d’être, à soi et aux autres, au passé et au présent, et c’est nous ôter le pouvoir d’inventer de nouvelles histoires, de faire émerger d’autres récits et de possibles lendemains.
C’est pourquoi, sur les places, dans les rues, dans les livres, il nous faut batailler aujourd’hui pour une langue vivante, vibrante, insolente, joyeuse, offensive, radicale, poétique qui, plus que jamais, nous libère et relie.

Stéphane Servant.                                  

Atelier de conception de livre avec Rozenn Le Berre et Jean-Michel Darlot

A paraître prochainement: le livre BD cuisine issu d’ateliers avec la maison des habitants d’Avion.
En novembre et décembre derniers une dizaine d’habitant-e-s se sont posés la question du lien entre émotions et alimentation.
Que cuisine -ton lorsque nous sommes tristes ? heureuses et heureux ? amoureuses et amoureux?
Accompagné-es par Rozenn Le Berre (écriture) et Jean-Michel Darlot (illustration)

Création de fausses publicités avec des jeunes avionnais-e-s

Les jeunes avionnais-e-s ont participé a une semaine d’ateliers vidéos, en partenariat avec la maison des habitant-e-s.
Accompagné-e-s de Juliette Ulrich, vidéaste, ils et elles ont analysé les ressorts des publicités à travers le prisme de la représentation des femmes à l’écran.
En une semaine, sept fausses publicités ont été créées pour dénoncer, questionner, redéfinir la place de la femme dans la publicité.
Bravo à tous et toutes pour la participation et pour le beau rendu. 
Ce travail a pu être restitué dans la cadre de ma remise officielle du Prix Ados en Colère et a reçu un très bon accueil du public.

Le 24 novembre : remise des prix

Colères du Présent organise depuis de nombreuses années le Prix Jean Amila-Meckert et le Prix Ados en Colères… Dans ce cadre, un temps-fort autour de la remise de l’édition 2021 de ces deux prix a été organisée à la médiathèque d’Avion (62).
L’occasion de remettre officiellement le Prix Amila-Meckert à Sophie Divry pour son livre Cinq mains coupées, aux éditions du Seuil ainsi que le Prix Ados en Colère à Stéphane Servant pour son romanFélines aux éditions du Rouergue. 
Le public présent a pu profiter d’une lecture musicale de Félines par Mélissandre Fortumeau (voix) et Audrey Castagné (violoncelle).

Une cérémonie de remise des prix ponctuée de fausses publicités imaginées et réalisées par des adolescent-e-s d’Avion, avec l’aide précieuse de Juliette Ulrich, vidéaste, et en partenariat avec la maison des habitant-e-s. 

La revue Nos Mondes Sauvages est disponible

La revue Nos Mondes Sauvages, éditée dans le cadre de la 20è édition du salon du livre d’expression populaire et de critique sociale par Colères du Présent est à retrouver aux éditions Invenit (diffusion Belles Lettres). 

Dans le Nord Pas-de-Calais, la revue est en stock à La Chouette Librairie, au Bateau Livre et à Meura. Un grand merci aux libraires pour leur confiance. 

Pour la commander dans toutes les librairies de France, cliquez-ici !

Remise du Prix Ados en Colère et « fausses pubs »

Mercredi 24 novembre 2021 de 15h30 à 17h00. 
Remise du prix Ados en Colères et lecture du roman lauréat par Mélissandre Fortumeau et Audrey Castagné. Un grand merci à la Compagnie Avec vue sur la mer
Restitution d’un projet vidéo porté par Juliette Ulrich avec la Maison des habitant-e-s d’Avion, qui interroge la question des stéréotypes sexistes dans les publicités. 
 
Pass sanitaire obligatoire, événement gratuit. 
 

Retour sur la restitution de Si je pouvais

À l’occasion de la sortie du livre Si je pouvais, rendez-vous été pris samedi 18 septembre à 14h à la médiathèque Verlaine d’Arras ! 
Les spectateur-ice-s ont pu assister à une lecture musicale d’Amandine Dhée et Timothée Couteau. Ils et elles ont pu entendre des extraits de Et puis ça fait bête d’être triste en maillot de bain (Amandine Dhée, La Contre Allée), et autres textes
Le livre Si je pouvais a ensuite été présenté par les deux artistes Amandine Dhée et Claire Fasulo… Portraits d’habitants, témoignages et clichés d’architecture d’Arras Ouest s’entremêlent dans ce livre.