Bandeau image

Les auteur-trice-s – dessinateur-trice-s – illustrateur-trice-s

Ils et elles participeront sur l’une des trois formes du 20è Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale

William Acker, Où sont les gens du voyage, Inventaire critique des aires d’accueil, éditions du Commun
William Acker est juriste et issu des communautés dites des « gens du voyage ». Depuis 2019, il mène et participe à plusieurs projets de recherche en lien avec les politiques publiques d’accueil des gens du voyage, la lutte contre l’antitsiganisme (la voix des Rroms et ERGO Network) et la documentation des pratiques professionnelles des femmes d’origine romani (Mucem).

Caroline Audibert, Nés de la nuit, Plon
Caroline Audibert est journaliste et auteur d’ouvrages sur les Alpes, ainsi que de Des loups et des hommes paru dans la collection « Terre Humaine », couronné par le prix de l’essai 30 millions d’amis. Elle porte un regard sensible et philosophe sur la nature, et l’écologie, au sens d’une manière respectueuse d’habiter le monde, est au cœur de ses préoccupations.

Thomas Azuelos, La Zad c’est plus grand que nous, Futuropolis
Thomas Azuélos est né en 1972 à Sète et vit aujourd’hui à Marseille.
Illustrateur pour la presse et dessinateur de bande dessinée, il a fait de la scénographie et du dessin animé. En 2010, il a reçu avec Serge Avédikian la Palme d’Or du court métrage pour Chiennes d’histoire.

Derf Backderf, Mon ami Dahmer, Çà et Là
John Backderf alias Derf Backderf, né en octobre 1959 à Richfield, est un dessinateur de presse et auteur de bandes dessinées américain.

Ludivine Bantigny, La commune au présent, Éditions La Découverte
Ludivine Bantigny est historienne, maîtresse de conférences à l’université de Rouen. Elle travaille sur l’histoire des mouvements sociaux et des engagements politiques. Parmi ses publications figurent 1968, de grands soirs en petits matins (Seuil, 2018, rééd. 2020), La France à l’heure du monde. De 1981 à nos jours (Seuil, 2013, rééd. 2019), Révolution (Anamosa, 2019) et L’Œuvre du temps. Mémoire, histoire, engagement (Éditions de la Sorbonne, 2019).

Isabelle Bensidoun, La folle histoire de la mondialisation, éditions Les Arènes
Isabelle Bensidoun est économiste et responsable des publications au CEPII, co-rédactrice en chef de l’ouvrage collectif annuel du CEPII, « L’économie mondiale », aux éditions La Découverte.

Xavier Betaucourt, Sortir de terre, éditions La Gouttière
Le lillois Xavier Bétaucourt découvre enfant les classiques de la bande dessinée franco-belge tels que Tintin, Astérix et Obélix et Gaston Lagaffe, puis les Comics US. C’est avec le conflit de Métaleurop qu’il découvre dans le cadre de son travail de journaliste, qu’il  rencontre Jean-Luc Loyer, avec qui il décide de raconter cette histoire en bande dessinée. Ainsi débute une collaboration faite d’échanges et d’enquêtes sur le terrain, qui donnera naissance aux albums Sortir de Terre, Le Grand A et Noir Métal.

Sophie Blandinière, La chasse aux âmes, Plon
Prix Françoise-Sagan pour son premier livre Le sort tomba sur le plus jeune, paru chez Flammarion, Sophie Blandinières consacre sa vie à l’écriture.

Loup Blaster
Louise Philia Druelle aka Loup Blaster est une artiste audiovisuelle basée à Calais (France). 

Pierre Bonneau, Cent mille ans, Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires, Seuil
Journaliste indépendant, Pierre Bonneau travaille sur les mouvements sociaux et la criminalisation des luttes. Il contribue notamment à Reporterre, Bastamag ou l’Humanité.

Marion Brunet, Vanda, Albin Michel
Marion Brunet a 43 ans et vit actuellement à Marseille. Après des études de Lettres, elle a travaillé comme éducatrice spécialisée dans différents secteurs, notamment en psychiatrie. Reconnue pour ses romans « young adults » (Dans le désordre, 2016 ; Sans foi ni loi, 2019), elle a été fortement remarquée avec la parution aux éditions Albin Michel de L’été circulaire, Grand Prix de littérature policière 2018 et Prix des libraires du Livre de Poche 2019.

Cali, Éparpillés, éditions Invenit
Auteur-compositeur-interprète et artiste engagé, l’homme est un véritable citoyen du monde. Entre rock et chanson française, l’auteur expérimente un « tout-possible » artistique. La poésie, l’engagement et le bonheur pour chacun font partie de ses missions et de sa ligne de vie.

Cyril Cazmèze

Cyril Casmèze, se prend pour un sanglier depuis l’âge de 5 ans… acrobate zoomorphe, comédien,  avec Jade Duviquet  (comédienne et metteuse en scène),  au sein de la Cie du Singe Debout , il développe l’art de la zoomorphie : prendre la forme des animaux. De leur passion commune pour l’animalité et le vivant, ils explorent la porosité entre animaux humains et animaux non humains, la métamorphose et l’hybridation.

Il vous surprendra accompagné de Sandra Abouav (danseuse zoomorphe) dans des métamorphoses animales, du varan au gorille en passant par le cerf, toute une humanimalité aux aguets.

Les Chamot(s)
Chamot(s), c’est un trio rock électro avec Laurent Leroy guitariste bruitiste et deux  jumelles Audrey et Stephanie qui accompagnent leur chant  avec des samples  aux sons percutants et déchaînés. Deux sœurs jumelles délurées parfois fillettes provoc’, parfois femmes graves et politiques, mais surtout électroniques, électriques. Un nouveau répertoire qui allie douceur et envol vers la révolte. Les sons se tordent, planent…qui joue quoi… un morceau de scotch devient une rythmique tandis qu’un coussin prend vie sous des mots perdus. Un univers unique en son genre.

Philippe Charlier, Vaudou : l’homme, la nature et les dieux : Bénin, Plon
Philippe Charlier, 41 ans, est médecin légiste, archéologue et anthropologue. Actuel directeur de la recherche et de l’enseignement au Musée du quai Branly – Jacques Chirac, il membre de la Société de Géographie, de la Société des Explorateurs Français et de la Société des Africanistes. Il intervient dans l’émission « Allô docteurs » sur France 5.

Djamel Cherigui, La Sainte Touche, JC Lattès
Djamel Cherigui a 34 ans, il est épicier à Roubaix. Selon ses mots, sa vie était « merdique » jusqu’à ce qu’il découvre la littérature.
Aujourd’hui, passionné de peinture et de musique baroque, collectionneur de livres anciens, l’enfant du Nord reste fidèle à sa région et à ses racines en racontant la vie des laissés-pour-compte. Ceux que l’on n’entend jamais.

Coco, Dessiner Encore, Les Arènes
Née en 1982, Coco est dessinatrice de presse à Charlie Hebdo, scénariste et autrice de bandes dessinées.
En 2019, elle publie avec Raphaël Enthoven Le Banquet (25 000 ex. vendus).

Benoît Collombat, Le choix du chômage, Futuropolis
Benoît Collombat, journaliste à France Inter, a enquêté sur ce qui a fait basculer les choses : comment et pourquoi les hommes politiques ont « remis les clés » de l’organisation du monde à l’économie et à la finance. Ce basculement repose sur la victoire idéologique, à un moment donné, d’une pensée : le néolibéralisme, pour qui le rôle de l’État est avant tout de servir le marché.

Damien Cuvillier, Le choix du chômage, Futuropolis
Damien Cuvillier est né en 1987.
Il rejoint les éditions Futuropolis en 2014 avec Chroniques de Notre Mère la guerre, collectif avec Maël et Kris avec qui il collabore sur Nuit noire sur Brest(co-scénario de Galic). En 2017, il participe à la série La Guerre des Lulus, série créée par Hardoc et Hautière. Depuis, ce passionné du dessin et de la narration alterne les collaborations, toujours chez Futuropolis : Eldorado, avec Hélène Ferrarini, Mary Jane avec Frank Le Gall.

Gaspard d’Allens, Cent mille ans, Seuil
Journaliste pour le site Reporterre, Gaspard d’Allens est l’auteur de plusieurs livres traitant d’écologie. Le dernier en date : Main basse sur nos forêts, a paru au Seuil en 2019.

Jean-Michel Darlot

Rébecca Dautremer, Des souris et des hommes, éditions Alto
Rébecca Dautremer est née en 1971 dans les Hautes-Alpes. Diplômée en graphisme de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs et passionnée de photographie, elle se tourne vers l’illustration jeunesse en 1996. Suivront plusieurs succès dont L’Amoureux et l’adulé Princesses oubliées ou inconnues. Elle a été récompensée par de nombreux prix, parmi lesquels la Pépite du Livre illustré et le Grand Prix de l’Illustration, en 2019. Ses deux derniers ouvrages, Les riches heures de Jacominus Gainsborough et Midi Pile, ont eux aussi rencontré un immense succès public et critique. Son adaptation graphique du classique de John Steinbeck Des souris et des hommes révèle toutes les finesses de son style, ponctué de clins d’œil aux illustrations des années 1930.

Maylis de Kérangal, Kiruna, éditions La Contre Allée
Née en 1967, Maylis de Kerangal a été éditrice pour les Éditions du Baron perché et a longtemps travaillé avec Pierre Marchand aux Guides Gallimard puis à la jeunesse. Elle est, aujourd’hui, notamment membre du collectif Inculte. L’oeuvre de Maylis de Kerangal, principalement publiée aux Éditions Verticales, a été primée à de nombreuses reprises : Réparer les vivants, couronné de dix prix littéraires, Corniche Kennedy (Prix Murat-un roman français pour l’Italie), Naissance d’un pont (Prix Médicis), Tangente vers l’Est (Prix Landerneau 2012), ainsi que le Grand Prix de littérature Henri-Gal de l’Académie Française 2014 pour l’ensemble de son oeuvre.

Wendy Delorme, Viendra le temps du feu, éditions Cambourakis. 
Écrivaine, performeuse, Wendy Delorme a publié Quatrième Génération (roman, Grasset, 2007), le recueil Insurrection ! En territoires sexuels (Au Diable Vauvert, 2009), La Mère, la Sainte et la Putain (roman, Au Diable Vauvert, 2012), Le corps est une chimère (roman, Au Diable Vauvert, Prix Joseph 2018). Membre du collectif d’autriX RER Q, elle est aussi enseignante-chercheuse à l’université.

Pascal Dessaint
Pascal Dessaint est un écrivain français.
Toulouse et le nord de la France nourrissent son inspiration. En 1999, il publie « Du bruit sous le silence », premier polar dont l’action se déroule dans le monde du rugby. Sensible aux questions environnementales, ornithologue, marcheur et militant dans l’âme, il écrit à partir de « Mourir n’est peut-être pas la pire des choses » (2003) sur les rapports complexes et douloureux entre l’Homme et la Nature.
Ses romans ont été récompensés par de nombreux prix dont le prix Mystère de la critique qu’il a reçu deux fois (1997 et 2008), le grand prix de littérature policière (2000), le prix du roman noir français de Cognac (2006) et le prix Jean-Amila Meckert (2015).

Patrick Devresse
Patrick Devresse est un homme qui regarde. Qui scrute doucement le réel autour de lui. Comme ça. Mine de rien. Et même parfois qui baisse les yeux en souriant. L’esprit ailleurs. Comme si poser une vigilance sur le monde et vivre étaient intimement liés. Ses photos lui ressemblent et ses silences sont le négatif d’une réflexion intensément maîtrisée avec une sensibilité aussi forte que celle du papier où il révèle son univers. Un homme qui ne fait pas des photographies. Un homme qui est en photographie.
biographie par Dominique Sampiero (écrivain, scénariste)

Frédérique Dimarco, Le Tendre Espace, éditions Arnaud Bizalion
Un jour mon père me lance un défi.
Si j’arrive à réparer son appareil photo argentique Minolta XG 2,
il me le donne.
Je change les piles et, miracle, l’appareil fonctionne.
Je dois avoir 16 ans.
Là commence mon aventure photographique.
Je découvre cet objet qui me permet d’aller à la rencontre du monde.
Hors de moi, le tendre espace m’apprivoise.
Née à Strasbourg en 1978, j’habite à Aix-en-Provence depuis 2003.

Adeline Dieudonné, La Vraie Vie, l’Iconoclaste
Adeline Dieudonné est née en 1982, elle habite Bruxelles. Elle a remporté avec son premier roman, La Vraie Vie, un immense succès. Multi-primé, traduit dans plus de 20 langues, ce livre a notamment reçu en 2018 le prix FNAC, le prix Renaudot des lycéens, le prix Russell et le prix Filigranes en Belgique ainsi que le Grand Prix des lectrices de ELLE en 2019. Il s’est vendu à 250 000 exemplaires.

Penda Diouf, La Grande Ourse, éditions Quartett
Après des études de lettres modernes, elle passe un DEA en arts du spectacle option théâtre. Elle nourrit par ailleurs sa passion pour les arts vivants en travaillant comme ouvreuse, standardiste, agent d’accueil dans les théâtres publics de Seine-Saint-Denis, (CDN d’Aubervilliers, CDN de Montreuil, MC 93).
Sa deuxième pièce, traitant de la vidéosurveillance, Souriez, vous êtes filmés reçoit une bourse de la SACD fondation Beaumarchais en 2008.
Penda Diouf participe au projet « Lire et dire le théâtre en famille », organisé par le festival « Petits et grands » et la SACD avec neuf autres auteurs contemporains. Elle est également directrice d’une médiathèque à Saint-Denis.

Sophie Divry, Cinq mains coupées, Seuil
Sophie Divry, née en 1979, est une écrivaine française. Elle est diplômée de l’École supérieure de journalisme de Lille et de l’IEP-Lyon. Elle a publié six ouvrages, des fictions et des essais, dont La Condition pavillonnaire en 2014 (mention spéciale du prix Wepler-Fondation La Poste) et Trois fois la fin du monde en 2018 (prix de la Page 111).

Caryl Férey, Norilsk, éditions Paulsen
Caryl Férey a parcouru l’Europe à moto, puis a fait un tour du monde à 20 ans. En 1998 paraît le remarqué Haka (éditions Baleine) suivi, à la Série noire de Gallimard, par Utu (2004), Zulu (2008), Mapuche (2012), Condor (2016). Zulu a été adapté au cinéma en 2013 avec les comédiens Forest Whitaker et Orlando Bloom.

Jean-Marc Flahaut, Je n’aime pas les ateliers d’écriture, éditions La Passe du Vent
Jean Marc Flahaut est né en 1973 à Boulogne sur Mer. Après des études à caractère social, il anime des ateliers d’écriture et donne des cours à l’Université. Son univers, souvent peuplé de personnages isolés et perdus en eux-mêmes, se décline sous la forme de textes courts ou de micro-fictions aux croisées de la nouvelle et de la poésie.

Thomas Flahaut, Les Nuits d’été, Éditions de l’Olivier
Né en 1991 à Montbéliard (Doubs), Thomas Flahaut a étudié le théâtre à Strasbourg avant de s’installer en Suisse pour suivre un cursus en écriture à l’Institut littéraire suisse de Bienne. Diplômé en 2015, il vit aujourd’hui à Bienne. Il s’initie à l’écriture de scénario et a cofondé le collectif littéraire franco-suisse ­Hétérotrophes, avec des auteurs issus de la filière biennoise.

Tristan Fournier, L’Utopie sauvage, Les Arènes

Les Fous à Réaction, Histoire d’une baleine blanche
En compagnie depuis 1984, nous sommes implantés à Armentières depuis 1990 et avons été associés au Vivat, scène conventionnée, jusqu’en juin 2008.
Depuis lors, nous inventons autrement un travail de présence artistique en nous déployant plus largement sur d’autres territoires.

Lucien Fradin, Portraits Détaillés, éditions Les Venterniers

Charles Freger, Yokainsoshima,
Charles Fréger poursuit, depuis le début des années 2000, un inventaire intitulé « Portraits photographiques et uniformes ». En Europe et un peu partout dans le monde, avec ses séries consacrées à des groupes de sportifs, de militaires ou d’étudiants, il s’intéresse aux tenues et aux uniformes.

Mireille Gagné, Le lièvre d’Amérique, éditions La Peuplade
Mireille Gagné est née à l’Isle-aux-Grues et vit à Québec. Depuis 2010, elle a publié des livres de poésie et de nouvelles. Le lièvre d’Amérique est son premier roman.

Geoffroy Delorme, L’homme-chevreuil, Les Arènes
Photographe naturaliste et écrivain, spécialiste des chevreuils, Geoffroy Delorme est un témoin et un ambassadeur de la vie sauvage. Il a quitté le monde sociétal des humains pour s’introduire dans la vie des chevreuils, vivre seul parmi eux pendant 7 ans afin de mieux les observer et mieux les comprendre. Il a voulu étudier leurs comportements, les comprendre, s’adapter à leur rythme.

Philippe Graton

Laurent Houssin, Chiffonné, Éditions Cavale
Né en 1967, Laurent Houssin est web-designer, bédéiste et illustrateur. Il a collaboré à divers fanzines puis aux revues Psikopat et Fluide Glacial.  Il a publié pour les adultes mais aussi pour la jeunesse (en 2020, aux éditions Goater, Lulu et les grosses morues, sur un texte de Gwenola Morizur). Il travaille actuellement comme co-scénariste et dessinateur sur un roman graphique consacré à la pratique du jardinage bio à paraître en 2021 chez Futuropolis. Chiffonné est sa première création en tant qu’auteur et illustrateur.

Alex W Inker, Fourmies la Rouge, éditions Sarbacane
ALEX W. INKER est diplômé en 2006 de l’Institut Saint-Luc de Bruxelles en Bande dessinée, et titulaire d’un Master 2 de cinéma. En plus de son activité de dessinateur auteur, il a été professeur à l’université de Lille 3 où il enseignait les liens entre cinéma et BD. Il est par ailleurs l’un des grands auteurs du catalogue BD de Sarbacane. Il vit à Lille.

Nicolas Jaillet, Fatal Baby, La Manufacture de Livres
Nicolas Jaillet est né en 1971 en région parisienne. Il a été comédien, musicien et a publié cinq romans, notamment aux éditions Bragelonne, ainsi que deux livres jeunesse. Passant de la comédie au western avec des détours vers le thriller, le récit historique et le roman d’aventure, Nicolas Jaillet explore les frontières des genres avec intelligence et maitrise

Sébastien Jean, La folle histoire de la mondialisation, Les Arènes
Sébastien Jean est directeur du CEPII, responsable du programme scientifique d’Analyse du commerce international. Le CEPII publie chaque année dans la collection Repères : L’économie mondiale. L’édition 2017 est parue en septembre dernier.

Carine Joaquim, Nos Corps Étrangers, La Manufacture de Livres
Née en 1976 à Paris où elle grandit, Carine Joaquimvit aujourd’hui en région parisienne et y enseigne l’histoire-géographie. Si elle écrit depuis toujours, c’est depuis six ans qu’elle s’y consacre avec ardeur. Nos corps étrangers est son premier roman publié.

Marie Kirschen, Herstory – Histoire(s) des féminismes, éditions La Ville Brûle
Marie Kirschen est journaliste indépendante, spécialiste des questions féministes et LGBT, et rédactrice en chef de la revue lesbienne Well Well Well. Elle est passée par Les Inrocks, BuzzFeed, Libération et le magazine Têtu.

Mathilde Larrère, Rage against the machisme, éditions du Détour
Mathilde Larrère est historienne, spécialiste des révolutions du XIXe siècle et enseignante-chercheuse à l’université de Paris-Est-Marne-la-Vallée. Elle tient également une chronique historique pour Arrêt sur Image et la rubrique « L’Histoire n’est pas un roman » pour Politis, avec Laurence De Cock. Elle a publié aux éditions du Détour : Il était une fois les révolutions (2019) et, avec Aude Lorriaux, Des intrus en politique — Femmes et minorités : dominations et résistances (2018).

Ségolène Brutin
Harpiste, chanteuse, Ségolène Brutin créée des ensemble mêlant harpe, voix et improvisation. Pour Nos Mondes Sauvages, elle crée un clip vidéo qui serait l’un des clips officiels de cette vingtième édition. 

Ulrich Lebeuf, khàos, Éditions de Juillet
Ulrich Lebeuf, photographe, est également depuis 2014 le directeur artistique du festival de photographie MAP à Toulouse et anime des workshops en France et à l’étranger. En mai 2016, il reçoit le Prix Jean-Dieuzaide décerné par l’Académie des arts de Languedoc. Membre de l’agence MYOP depuis janvier 2007, ses travaux sont publiés dans Le Monde, Libération, The New York Times ou des magazines comme Grazia, VSD, Géo, M Le Monde… En parallèle à son travail pour la presse, il poursuit des travaux photographique plus personnels, où il alterne les processus photographiques selon les sujets : de la couleur, au noir et blanc, en passant par le Polaroïd, ou des procédés proches de l’art pictural.

Hervé Le Corre, Traverser la nuit, éditions Rivages

Marin Ledun, Leur âme au diable, Série noire – Gallimard
Né en 1975, Marin Ledun est romancier et essayiste. Il a publié deux romans noirs aux éditions Au Diable Vauvert, Modus Operandi (2007) et Marketing Viral (2008).
Il écrit aussi des pièces radiophoniques pour France Culture.
Marin Ledun vit à Soustons (40).

Lisette Lombé, Brûler Brûler Brûler, éditions l’Iconoclaste (collection Iconopop)
Lisette Lombé, née en 1978, est belge-congolaise. Grande figure de la scène slam en Belgique, elle défend avec rage toutes les minorités. Elle a été nommée citoyenne d’honneur de la ville de Liège pour son activisme. Elle est l’autrice de Black words et Venus poetica (L’Arbre à paroles).

Etienne Longueville, Boza !, éditions Philippe Rey
Étienne Longueville est bénévole dans une association qui accueille et accompagne les jeunes réfugiés. Il a été l’un des hébergeurs solidaires d’Ulrich Cabrel lors de son arrivée en Bretagne.

Jean-Luc Loyer, La balance, le glaive et les fourmis, Futuropolis
Jean-Luc Loyer est né le 18 août 1964 à Hénin Beaumont.
Diplômé de l’École des Beaux-Arts de Douai en 1984 et de l’École des Beaux-Arts d’Angoulême, il travaille dans l’atelier BD Sanzot, avec Mazan, Isabelle Dethan, Cécile Chicault. Après quelques années passées à travailler dans le dessin animé (studio IDDH avec les Tortues Ninjas et Lucky Luke, puis Octopussy), il décide finalement de s’adonner à la bande dessinée.

Sandra Lucbert, Personne ne sort les fusils, Seuil
Sandra Lucbert est née en 1981. Normalienne, agrégée de lettres. Elle a écrit deux romans, Mobiles(Flammarion, 2013) et La Toile (Gallimard 2016). Elle a publié dans la revue du Crieur.

 

Beata Umubyeyi Mairesse, Tous tes enfants dispersés, éditions Autrement
Beata Umubyeyi Mairesse est née à Huye (Butare) au Rwanda, en 1979. Son parcours métissé lui fait parler plusieurs langues. Rescapée du génocide de 1994, elle poursuit ses études en France : hypokhâgne- khâgne puis Sciences-Po Lille et un DESS en développement et coopération internationale à la Sorbonne. Coordinatrice de projet pour MSF, chargée de programmes au Samusocial International, assistante à la recherche à l’Université d’Ottawa, chargée de mission AIDES, elle anime des rencontres littéraires à Bordeaux où elle vit.

 

Mathias Malzieu, Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse, éditions l’Iconoclaste (collection Iconopop)
Mathias Malzieu entame sa carrière d’homme-poétique en 1993 en fondant le groupe de rock Dionysos. Il développe son univers sous forme de livres, de disques et de films. La mécanique du coeur et Journal d’un vampire en pyjama ont été traduits dans plus de vingt pays et ont touché plus d’un million de lecteurs.

Benoît Marchisio, Tous complices, les Arènes
Après plusieurs collaborations avec des magazines de cinéma (SoFilm, Première), Benoit Marchisio participe à la rédaction d’un ouvrage collectif sur le travail de Paul Verhoeven. En 2017, sort son premier essai, Génération Propaganda (Playlist Society) qui raconte la trajectoire fulgurante de Propaganda Films créée en 1986 par six réalisateurs et producteurs, dont David Fincher. Depuis 2014, il travaille chez France Télévisions.

Nastassja Martin, Croire aux fauves, éditions Verticales
Née en 1986, Nastassja Martin est anthropologue diplômée de l’EHESS et spécialiste des populations arctiques. Elle est l’auteure d’un essai, tiré de sa thèse de doctorat dirigée par Philippe Descola : Les Âmes sauvages. Face à l’Occident, la résistance d’un peuple d’Alaska (La Découverte, 2016 ; prix d’Histoire de l’Académie française 2017) ainsi que d’un documentaire en cours, co-réalisé avec Mike Magidson, Tvaïan (Point du jour/Arte). Croire aux fauves est son premier récit.

François Médéline, L’Ange Rouge, La Manufacture de Livres
Né en 1977 dans la région lyonnaise, François Médéline émigre à Romans-sur-Isère à 11 ans pour y faire son apprentissage du rugby, du grec ancien et de l’amitié. Durant son doctorat, il est chargé d’études et de recherches à Science Po Lyon, spécialisé en sociologie politique et en linguistique. Il vit et mange politique durant dix ans comme conseiller, plume, directeur de cabinet et directeur de la communication de divers élus. Il aime la belote coinchée, ramasser des champignons en Lozère, pêcher des perches au bord du lac Léman et sa famille. Il n’écrirait pas s’il n’avait pas lu James Ellroy. Il apprécie particulièrement les ambiances malsaines de David Lynch, le lyrisme parfois potache de Sergio Leone, La Naissance de Vénus de Boticelli et l’album Ssssh de Ten Years After. Il est le scénariste de l’adaptation cinématographique du roman Pike de Benjamin Whitmer paru chez Gallmeister. Il a traversé l’océan Atlantique Nord à la voile, se consacre à l’écriture, s’occupe d’enfants dans une école de rugby et n’a pas vraiment de domicile fixe.

Guillaume Meurice, Le roi n’avait pas ri, JC Lattès
Guillaume Meurice est comédien et chroniqueur sur France Inter dans l’émission « Par Jupiter ! ». Le roi n’avait pas ri est son deuxième roman.

Baptiste Morizot, Manières d’être vivant, Enquêtes sur la vie à travers nous, Actes Sud
Baptiste Morizot est écrivain et maître de conférence en philosophie à l’université d’Aix-Marseille. Ses travaux, consacrés aux relations entre l’humain et le vivant s’appuient sur des pratique de terrain, notamment de pistage de la faune sauvage.
Il a écrit Les Diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant (2016) et, chez Actes Sud dans la collection « Mondes sauvages », Sur la piste animale (2018) et Manières d’être vivant (2020).

Daria Nelson, Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse, éditions l’Iconoclaste (collection Iconopop)
Daria Nelson, née en Ukraine, est artiste plasticienne et photographe. Elle a été finaliste du prix Picto de la jeune photographie de mode en 2016 ; son travail a été exposé à Arles en 2019.

Barbara Nicoloso, Petit traité de sobriété énergétique, Éditions Charles Leopold Mayer
Diplômée de Sciences Po Lille et de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de Lille, Barbara Nicoloso est coordinatrice de l’association Virage Énergie. Elle est administratrice d’Enercoop Hauts-de-France et chargée de cours à l’université du Littoral Côte d’Opale.

Yves Pagès

Charles Pennequin, Père ancien, P.O.L
Biodégradable : Publication dans de nombreuses revues. Performances et concerts dans la France entière (et un petit peu à côté). Vidéos à l’arrache. Quelques traces dans des blogs. Dessins sans regarder. Improvisations au dictaphone, au mégaphone, au microphone et au bigophone. Gesticulations dans sa voiture, dans certains TGV. Quelques cris le long des quatre voies, lectures aux camions, aux voitures et aux mobylettes. Petites chansons dans les carnets. Poèmes délabrés en public. Écriture sur les murs et chez POL. Charles Pennequin écrit depuis qu’il est né.

Laurent Petitmangin, Ce qu’il faut de nuit, La manufacture de livres
Laurent Petitmangin est né en 1965 en Lorraine au sein d’une famille de cheminots. Il passe ses vingt premières années à Metz, puis quitte sa ville natale pour poursuivre des études supérieures à Lyon. Il rentre chez Air France, société pour laquelle il travaille encore aujourd’hui. Grand lecteur, il écrit depuis une dizaine d’années. Ce qu’il faut de nuit est son premier roman

Guillaume Poix, Là d’où je viens a disparu, Verticales
Normalien et diplômé de l’ENSATT en écriture dramatique, Guillaume Poix est comédien, dramaturge, auteur et metteur en scène.

Antonin Richard, Ce matin la mer est calme, éditions Les Étaques
Avec un BTS en audiovisuel et une licence de journalisme en poche, Antonin Richard ne se destinait pas à devenir marin-sauveteur. C’est au contact du film documentaire qu’il stimule sa conscience politique et son besoin d’agir. En 2016, Antonin lâche sa caméra et part à Lesbos avec les activistes de Greenpeace pour participer aux opérations de sauvetage en mer. Il rejoint l’équipe de sauvetage de Médecins sans frontières, puis embarque comme marin-sauveteur sur plusieurs navires d’ONG (Sea-Watch, MSF, SOS Méditerranée) au large de la Libye.

Mathieu Rigouste, Un seul héros le peuple, Premiers matins de novembre éditions
Mathieu Rigouste, né en 1981 à Gennevilliers, est un militant, sociologue et essayiste français, chercheur indépendant en sciences sociales.

Paul Rocher, Gazer, mutiler, soumettre, politique de l’arme non létale, éditions La Fabrique
Paul Rocher est économiste et diplômé en science politique de Sciences-Po Paris.

Laurine Roux, Le Sanctuaire, éditions du Sonneur
Née en 1978, Laurine Roux vit dans les Hautes-Alpes où elle est professeur de lettres modernes.

David Snug

Élise Thiébault, L’amazone verte, le destin incroyable de la première écoféministe, éditions Charleston
Journaliste féministe, Élise Thiébaut est notamment l’autrice du best-seller Ceci est mon sang : petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font (La Découverte, 2017), traduit dans plusieurs pays, de Les règles… quelle aventure ! (La ville brûle, 2017) et de Mes ancêtres les Gauloises, une autobiographie de la France (La Découverte, 2019, Pocket, 2021).

Christine Van Acker, 
Fille de bateliers, Christine Van Acker a gardé de son enfance un regard singulier sur les petits riens de l’existence. Elle réside en Gaume, en Lorraine belge, dans un village qui convient à sa démesure et à son manque de sérieux. Avant que ses livres ne soient mis à l’index, elle se dépêche de propager leur nécessaire impertinence.

Marie Van Moere, Petite Louve, La Manufacture de livres
Marie Van Moere est née en 1977 à Pau. Elle passe sa petite enfance à Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane Française. Son enfance est marquée par de nombreux voyages. Elle vit aujourd’hui à Toulon et est l’auteur de deux romans publiés à La Manufacture de livres et dans la collection Equinox des Arènes.

Antonin Varenne, Dernier tour lancé, La manufacture de livres
Né à Paris en 1973, Antonin Varenne n’y restera que quelques mois avant d’être enlevé par ses parents pour vivre aux quatre coins de France, puis sur un voilier. Il n’y reviendra qu’à 20 ans, pour poursuivre des études à Nanterre. Après une maîtrise de philosophie (Machiavel et l’illusion politique), il quitte l’université, devient alpiniste du bâtiment, vit à Toulouse, travaille en Islande, au Mexique et, en 2005, s’arrime au pied des montagnes Appalaches où il décide de mettre sur papier une première histoire. Revenu en France accompagné d’une femme américaine, d’un enfant bilingue et d’un chien mexicain, il s’installe dans la Creuse et consacre désormais son temps à l’écriture

Patrick Varetz, Deuxième Mille, P.O.L 
Patrick Varetz est né en 1958 à Marles-les-Mines, dans le Pas-de-Calais, où il a passé sa première nuit dans un carton à chaussures (pointure quarante-et-un). Il vit et travaille à Lille, dans le Nord, à quelque cinquante kilomètres de là.

Anna Wanda Goguseyn, Herstory, La Ville Brûle
Anna Wanda Gogusey est illustratrice et tatoueuse. Diplomée de l’Ensama Olivier de Serre, elle travaille aujourd’hui pour la presse (Le Monde, Milk Magazine, Paris Mômes, Néon, Libération, Trois Couleurs…), pour des institutions culturelles (Palais de Tokyo…), pour des collectifs rocks et féministes underground, et pour l’édition (couvertures aux éditions Goutte d’or, Le Pommier, Mazarine…). Impertinente et débridée, elle dessine avec la même jubilation toute chose mignonne ou irrévérencieuse. Son style est figuratif, décoratif et teinté d’absurde. Ma maman est bizarre est sa première incursion dans le champ de la littérature jeunesse.

Agnès Villette

Elisa Vix, Elle le gibier, Rouergue
Née en 1967, Élisa Vix a notamment publié La Nuit de l’accident (2012, prix Anguille sous roche 2012), Ubac(2016) et Assassins d’avant (2017). Elle est également l’auteure d’une série policière pleine d’humour mettant en scène un lieutenant de police nommé Thierry Sauvage. Dans cette série ont paru au Rouergue : Rosa mortalis(2013) et Le Massacre des faux-bourdons (2015, prix Plume d’encre et de sang 2015). En 2019 paraît Elle le gibier, genèse d’un fait divers dans le monde des précaires.

Camille Zabka, Ne crains pas l’ombre ni les chiens errants, éditions l’Iconoclaste
Camille Zabka est professeure agrégée de lettres modernes. Son premier roman, Celle qui attend, est inspiré d’une histoire vraie.

Edouard Zambeaux, Vies majuscules, autobiographie de la France des périphéries, éditions Les Petits Matins
Diplômé d’IPJ Dauphine en 1993, Édouard Zambeaux est aujourd’hui journaliste indépendant (CP 78261) et spécialiste des questions urbaines et sociales. Il a collaboré de nombreuses fois en presse écrite de 1992 à 2000.

 

——————————————————